Porto et sa région, Le centre-ville (juin 2020)

Porto et sa région, Le centre-ville (juin 2020)

Le Portugal est un pays attachant, on se sait pourquoi mais on y retourne régulièrement. Cela fait déjà la 3ème fois en quatre années. Nous apprécions la gentillesse de ses habitants, la douceur de vivre ou encore les rondeurs de son relief. C’est un peuple fier, avec une histoire riche et un patrimoine qui n’a rien à envier aux plus grands.

Après Lisbonne qui nous a ouvert ses bras par deux fois, nous prenons la route pour Porto et sa région. Nous y passerons une semaine, au programme : plages et promenades, visite de la ville et de la vallée du Douro avec ses paysages classés à l’UNESCO.

Porto est une ville à deux visages : côté ville, les églises baroques et les petites ruelles typiques, côté plage, de vastes étendues où l’on peut étaler sa serviette et déguster une cuisine simple directement venue de l’océan préparée par les familles de pêcheurs. De plus c’est une cité historique plus que deux fois millénaire qui a donné son nom au pays.

Quelques informations pratico-pratiques

Le Nord du Portugal est facilement accessible en voiture ou avion. Il se situe à 2h30 de vol de la Belgique ou du Nord de la France. L’aéroport est desservi par le métro, bus, taxi ou Uber. Arrivé sur place, vous pourrez aussi louer une voiture facilement car le centre-ville se visite en maximum trois jours.

Porto est donc idéal pour un week-end prolongé mais si vous prévoyez de rester plus longtemps, une promenade dans l’arrière-pays le long de la vallée du Douro s’impose. Vous pourrez alors toucher une autre facette de la région, plus rurale et moins touristique.

Dans les grands centres urbains, l’anglais et le français sont parlés couramment. Dans les campagnes c’est parfois un peu plus compliqué. Cependant, il y aura toujours quelqu’un pour vous aider, ce n’est pas rare de voir qu’un client connaissant la langue vienne vous aider pour expliquer la carte ou vous conseiller sur les plats à déguster.

Porto et ses plages

Notre hôtel se situe en front de mer. De notre chambre, nous pouvons entendre et voir les vagues de l’océan Atlantique. Elles viennent se fracasser contre un banc de rochers avec un bruit entêtant. Un autre avantage est de s’extirper de la chaleur estivale du centre-ville qui peut vite devenir étouffante.

Les plages sont bien équipées avec des promenades qui longent la côte sur des kilomètres. Certains portuans viennent pratiquer leur sport favori comme le vélo ou du jogging. D’autres profitent simplement de la plage. L’accès à la ville est facilité par une promenade en front de mer qui se prolonge le long du Douro en passant par le quartier d’Afurada véritable petit bourg de pêcheur avec ses maisons traditionnelles. En revanche, peu de gens nagent, en effet, l’océan est plus propice à la pratique du surf tant les courants et les vagues sont forts.

Pendant le week-end et les vacances (hors période COVID), c’est un lieu de sortie prisé par les habitants et les touristes. Partout on trouve des bars ou restaurants. Ici pas de réelle authenticité portugaise mais plutôt une ambiance plage décontracté, très simple. La douceur de vivre est un art de vivre au Portugal.

Le centre-ville

De Vila Nova de Gaia (la commune sur la côte Sud du Douro) où se situe notre hôtel il faut compter une grosse heure de marche pour arriver sur les quais de Porto au pied du célèbre pont Don Luiz Ier de style Eiffel. La promenade est aménagée et vous ne risquez pas de vous perdre, il suffit de suivre le chemin aménagé le long du Douro. Vous passerez ainsi du bord de mer à l’embouchure du fleuve et arriverez à Porto en passant par le quartier de pêcheurs d’Afurada. La promenade vous conduira des dunes à la ville en vous faisant découvrir par petites touches successives de magnifiques vues sur la ville. De plus, la municipalité pense à tout. Elle a aménagé de petits trous pour y placer sa canne à pêche.

La balade permet de prendre conscience de la force du fleuve. Il a véritablement creusé un canyon où se loge la ville comme un bijou dans un écrin. D’ailleurs pour passer du niveau du fleuve au niveau de la ville, empruntez le téléphérique qui vous conduira directement sur le pont Luiz Ier. Ce dernier est partagé entre le trafic des voitures (les piétons y ont accès aussi) au niveau du fleuve, les piétons et le tram au niveau supérieur.

Prévoyez une durée de deux à trois jours pour visiter le centre-ville historique.

Le Mosteiro da Serra do Pilar

Arrivé au niveau du tablier du pont, le « Mosteiro da Serra do Pilar » domine la cité. Il est classé à l’UNESCO (comme une grande partie de la vieille ville). On peut le visiter bien qu’en raison de la crise du COVID l’église et sa toiture panoramique sont fermées. Cependant on peut accéder à son cloître circulaire qui est assez singulier en Europe au niveau de l’architecture monacale.

Généralement les monastères sont des lieux de quiétudes et de méditation. Ici on perçoit dès son entrée que sa fonction première a été détournée. A la vue de sa position stratégique, il a été transformé en garnison militaire. Il est d’ailleurs toujours placé sous la responsabilité des artilleurs portugais.

Des quais du Douro au village d’Afurada

Après cette visite traversez le pont Luiz Ier sur son tablier et profitez d’une magnifique vue sur la ville et la vallée du Douro, redescendez par les escaliers et faites une petite promenade sur les quais en profitant des terrasses. Retraversez le pont au niveau des voitures et dirigez-vous vers les entrepôts où les grandes maisons de Porto sont établies depuis plusieurs siècles.

Vous pouvez vous perdre dans les petites rues des entrepôts et distilleries ou simplement longer le fleuve. Cette promenade vous conduira vers un quartier authentique du port de pêche. C’est une petite bourgade avec ses petites rues où chaque maison est transformée en restaurant familial. Si vous y passez vers 11h vous sentirez l’odeur des barbecues que l’on allume. Plus tard ce sont les effluves de poissons grillés qui invitent vos sens à vous assoir à une table. La cuisine y est simple mais d’une qualité inégalée. Si vous aimez, commandez du poulpe grillé c’est un délice. Arrosez-le d’un vin de la région, il n’a pas à rougir face à la concurrence étrangère et est malheureusement méconnu dans nos régions.

Le centre-ville et la rive droite du Douro

Après le premier jour et sa longue promenade le long du Douro, nous prenons la ligne de bus partant de l’hôtel qui nous conduit au Nord de la Ville, à la lisière du centre historique. Nous tombons directement sur un édifice qui contraste avec la carte postale de Porto. La casa musica est résolument moderne. Porto n’est pas une ville qui vit dans son passé mais avec son passé et elle est tournée vers l’avenir. Pour s’en convaincre, il faut également observer son centre de conférences, une grande coupole posée au milieu d’un ancien jardin arboré. L’intégration est plus que réussie.

Praça de Mouzinho de Albuquerque

C’est le premier monument historique que nous découvrons. C’est une grande colonne monumentale qui rappelle celle de Nelson à Londres. Elle vient commémorer la victoire des armées anglo-portugaise sur la France de Napoléon Ier. Elle représente un lion anglais terrassant un aigle impérial français. Elle glorifie la première victoire des armées coalisées contre l’impérialisme napoléonien de la fin du VXIIIème siècle. En tant que Belge, Waterloo et son lion n’est pas loin. On peut voir ici que les guerres napoléoniennes ont laissé des traces sur tout le continent européen.

L’environnement de la place est plutôt moderne. De grandes avenues droites démarrent de l’édifice. Nous partons de ce point pour visiter la vieille ville. Nous prenons la direction du Sud pour nous rapprocher du fleuve. Les routes deviennent progressivement des rues pour finir dans de petites ruelles.

La vieille ville baroque

L’histoire de Porto est ancienne, elle remonte aux phéniciens. C’est cependant avec l’avènement de l’empire colonial portugais qu’elle prendra un nouvel essor. Sa topologie particulière, coincée entre les collines et le fleuve préservera une partie de son architecture médiévale. Cette situation particulière n’empêchera pas l’apparition de nombreux édifices baroques ou classiques. Ils viendront s’insérer dans un tissu urbain déjà dense.

Nous nous dirigeons vers l’Igreja do Carmo (église des Carmes). Elle est double, à gauche un édifice à la façade classique et de l’autre la façade est baroque. Les intérieurs sont exubérants. De la dorure, des colonnes dorées et les autels sont à la hauteur de la foi des portugais : grandioses. Comme partout au Portugal, les murs de l’église sont recouverts de très beaux azulejos.

Ensuite c’est la Torre dos Clérigos (tour des clercs) qui domine le paysage. C’est le seul bâtiment de la vieille ville qui dépasse des toits de tuiles rouges. Elle nous rappelle les beffrois du Nord par sa base étroite et sa hauteur qui écrase son environnement. En fait c’est le clocher de l’église attenante. Nous y montons pour découvrir un magnifique panorama de la ville.

Enfin, pour terminer avec les églises, nous terminons par la cathédrale de Sé malheureusement fermée pour cause de COVID-19. Nous avons le parvis pour nous seuls. L’impression est un peu spéciale pour un lieu censé accueillir les foules. Nous décidons de descendre dans les ruelles qui deviennent escarpées pour rejoindre le fleuve et ses quais.

Jardins do Palácio de Cristal

Sur les hauteurs de la ville, on trouve un petit havre de paix. Les Jardins do Palacio de Cristal offre un point de vue différent. Ils sont étagés on démarre du haut de la vallée du Douro pour descendre petit à petit entre les palmiers et les espaces ouverts offrant de magnifiques panoramas sur la ville. De nombreux portuans viennent y déguster une glace sur les bancs publics sous une végétation rafraichissante.

Il est certain qu’il reste encore beaucoup à découvrir en ville mais nous sommes curieux de visiter l’arrière-pays.