Douceur de vivre Lisboète

Douceur de vivre Lisboète

Fière de son passé et confiante en son avenir, avec un pied sur mer et l’autre sur terre, Lisbonne conjugue ses contrastes avec une douceur de vivre qui lui est propre. C’est une capitale ouverte et accueillante que le tourisme de masse transforme rapidement. Les places et les grandes artères se vident de leurs commerces traditionnels pour faire place aux grandes chaînes de magasins internationaux. Cependant en quittant de quelques dizaines de mètres les sentiers battus par les croisiéristes, une autre Lisbonne se donne au visiteur, des petites rues escarpées, des façades recouvertes d’azulejos, des boutiques et restaurants typiques. Nous serions incomplets en ignorant la petite station balnéaire de Cascais, très prisée des lisboètes pour s’échapper du tohu-bohu de la ville.

Comme la ville est très dense, je vous propose un programme sur cinq jours.

Généralités

On accède à la ville de manière simple depuis les principaux aéroports européens. Elle se situe à approximativement trois petites heures de vol à partir de Bruxelles. L’aéroport est quasiment au centre-ville. Il se situe à 30 minutes de métro des quartiers touristiques. Le revers de la médaille est sa congestion. Le moindre grain de sable provoque des retards de quelques dizaines de minutes au départ surtout en fin de journée.

Le réseau de transport en commun est bien développé, il permet de rallier les lieux principaux rapidement. Vous pourrez également vous déplacer en trottinette ou vélo. Cependant la meilleure manière de profiter de la ville est la marche. Vous pourrez ainsi flâner, observer, sentir le pouls de la ville.

Lisbonne ne peut se visiter en ignorant ses églises, monastères ou ses immeubles recouverts de carrés de faïence appelés « ajulejos ». Ils sont nombreux et la plupart du temps richement décorés. Le peuple portugais est fort croyant et il le montre. Les églises et cathédrales sont impeccables, les statues des madones et de Jésus sont parées de leurs plus beaux atours.

C’est enfin un peuple de l’eau qui a ouvert de nombreuses routes maritimes. Le Portugal a tiré un immense revenu de ses colonies et comptoirs commerciaux. L’architecture le montre à tous les coins de rue. Le monastère de Saint Jérôme (ou Monastère des Hiéronymites) est un magnifique exemple de la richesse du pays à partir du XVème siècle.

La Lisboa Card

Nous en avions déjà parlé dans d’autres articles. En tant que touriste c’est une solution avantageuse pour vous déplacer sans contrainte et visiter les différents sites de manière all-inclusive. Vous pouvez la commander à l’avance et aller la récupérer à l’office de tourisme de la place du Commerce. Suivez ce lien pour la commander en ligne. Les trajets en métro, tram, bus et les trains vers Cascais ou Sintra sont également inclus. Pour ces deux dernières, il faudra prévoir une journée complète en dehors de la ville.

Quelques endroits ne sont pas pris en charge. Je pense notamment au château de Saint-Georges ou au jardin botanique. Si vous avez prévu 5 jours de visite (à nos yeux, la durée idéale), vous pouvez prévoir une journée pour les visites extra non couverte par la carte. La liste des attractions est disponible en suivant ce lien.

La gastronomie

Au Portugal, on mange bien ! Les restaurants sont nombreux et variés. La cuisine traditionnelle est à l’image du pays, entre terre et mer, les plats sont généreux et les prix raisonnables par rapport aux capitales du Nord. La nourriture n’est pas tout, le pays peut également se targuer d’une tradition viticole qui n’a rien a envier aux plus grands.

Avant de vous attabler, il faut savoir que tout se paie. Au début du repas, le serveur passera avec des olives, une corbeille de pain ou bien encore quelques autres apéritifs. Si vous acceptez, ces derniers vous seront facturés. Ce n’est pas très cher mais la première fois cela surprend toujours. En cas de refus de votre part, les serveurs ne sont pas insistants. Le pourboire n’est pas obligatoire.

Les viandes et poissons sont généralement grillés et accompagnés de friture ainsi que de riz et quelques légumes. A Lisbonne on trouve également de la cuisine venue des anciennes colonies dans des ambiances différentes. Donnez-vous la peine de quitter les quartiers touristiques pour trouver les petits établissements qui vous feront très bon accueil. A ce propos, Google maps nous a permis d’explorer des établissements un peu plus confidentiels. Le guide fourni avec la Lisboa card vous renverra vers une sélection d’établissements (avec un bon de réduction).

Jour 1, arrivée, la place du commerce, promenade dans la ville, dégustation de Porto

Nous arrivons à l’aéroport au début d’après-midi, nous récupérons nos bagages et prenons le métro. Il est directement à la sortie de l’aéroport et nous amène au centre-ville quasiment aux portes de l’hôtel. Nous prenons rapidement possession de nos chambres, la journée est déjà bien avancée. Ensuite, nous allons retirer nos Lisboa Card à l’office du tourisme situé sur la Place du Commerce. Nous profitons directement des nombreux bons de réduction et allons déguster du porto dans un bar à vin situé sous les arcades harmonieuses de la place. Ensuite nous faisons une promenade dans le quartier en passant sous l’arc de triomphe, remontons la Rue Augusta et terminons sur la Praça Dom Perdro IV.

Jour 2, le monastère Saint Jérôme, la Tour de Bélem, le monument des explorateurs, le tram 18, la cathédrale de Sé

Le tram 18

Le tram 18 est populaire, il opère avec les mêmes voitures que la célèbre ligne 28. La différence est qu’elle est plus authentique. On y embarque à partir de la station « Cais do Sobré ». Il vous emmènera directement au Monastère des Hiéronymites. Son avantage est qu’il est nettement moins fréquenté par les touristes que la ligne 28, c’est le tram des lisboètes. Vous pourrez profiter tranquillement de son charme d’antan et de son roulis qui berce le voyageur pendant la vingtaine de minutes que compte le parcours. Son train de sénateur vous fera passer sous le pont du 25 avril. Si vous en avez l’envie, vous pouvez descendre pour admirer son architecture inspirée du Golden Gate de San Francisco. Le pont est à 2 niveaux (voiture et train) et vient littéralement s’accrocher dans la ville, à flanc de colline. Ensuite, descendez au terminus à la station « Mosteiro dos Jerónimos ». Vous serez à deux pas de l’entrée du monastère.

Le monastère Saint Jérôme

C’est un endroit très touristique de Lisbonne cependant, il est incontournable. Si vous aimez les visites au calme, arrivez pour l’ouverture à 10h ou en fin de journée avant la fermeture. La visite dure deux heures.

Pour avoir visité plusieurs monastères, celui-là est très grand et richement sculpté. Il date du début du XVIème siècle et est de style manuélin. Il se dresse fièrement le long de la rivière. C’était un symbole de la puissance portugaise ostensiblement exposé à chaque navire qui entrait dans la ville. Il fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO. Il fut construit pour rapprocher les dynasties espagnoles et portugaises.

Le cloître est sur deux étages, très large et les colonnes sont sculptées finement. On y retrouve tout le bestiaire de la fin du moyen-âge. Il faut prendre le temps de s’imprégner du lieu, faire le tour des deux étages, admirer les anciennes fontaines.

Quand vous aurez terminé le tour du cloître, descendez et repassez par le réfectoire. Là aussi, la pièce est monumentale. On imagine bien les religieux manger sous le portrait austère de Saint-Jérôme, fondateur de l’ordre.

La visite ne serait pas complète sans repasser par l’église abbatiale accolée au monastère. C’est un lieu de culte catholique, la visite est gratuite. L’entrée est d’ailleurs différenciée entre l’église et le monastère. Elle abrite le tombeau de nombreux rois du Portugal ainsi que la dépouille de Vasco de Gamma. On peut visiter les deux niveaux, là aussi, on est touché par la finesse des sculptures, la statuaire, les tombeaux, le chœur. Une fois la visite terminée, traversez le parc vers le fleuve pour avoir une vue globale du site.

La tour de Belém et le monument des explorateurs

Faisant face au monastère, le monument dédié aux explorateurs est résolument moderne. Il fut érigé en 1960 pour célébrer l’anniversaire des 500 ans de la mort d’Henry le Navigateur et représente l’avant d’une caravelle. Les sculptures des personnages sont stylisées et contemporaines. On retrouve 32 des plus grands explorateurs portugais. Le bâtiment se visite et la terrasse panoramique offre une vue magnifique sur la baie du Tage. Les reflets bleutés de la rivière font ressortir la silhouette rouge du pont du 25 avril. C’est un spectacle magnifique surtout si le soleil est de la partie.

A quelques minutes de marche, la tour de Belém est le symbole de l’entrée de la ville par la mer. De loin, c’est un fort un peu austère qui se dresse sur la rive de la rivière. De plus près, on retrouve des sculptures fines et soignées. Elle date également du début du XVIème siècle. Elle fait partie d’un ensemble de fortifications pour protéger l’embouchure du Tage qui s’étend jusqu’à la petite ville de Cascais. C’est un symbole de Lisbonne et du Portugal. Le quartier est résolument touristique. Ce n’est pas ici que vous trouverez la Lisonne authentique. Cependant, il fait partie des incontournables pour une première visite de la ville.

Cathédrale de Sé

Pour la fin de journée, nous retournons dans le centre de la ville. Nous nous dirigeons de la place du commerce vers la cathédrale de Sé à pied. C’est la cathédrale un peu plus primitive dans son style architecturale. Elle date du XIIème siècle et a été revisitée par les différents rois et évêques au fil du temps et au grès des différents tremblements de terre. Le tram 28 passe juste devant, cela rajoute une pointe de Pagnol au pays des œillets. Comme le reste des églises lisboètes, l’intérieur est entretenu parfaitement et décoré richement. Son plan au sol représente une croix latine. En faisant le tour vous remarquerez qu’elle n’est pas droite. Son cloître se dirige vers la droite. Le bâtiment est un bon exemple de l’architecture médiévale dans un quartier escarpé.

Jour 3, L’arc de triomphe, l’ascenseur Santa Justa, Le couvent des Carmes, le jardin botanique et le panthéon

L’arc de triomphe et l’ascenseur Santa Justa

Vous pouvez commencer cette 3ème journée par la place du commerce. Entre les différentes colonnades, on ne peut pas rater l’imposant arc de triomphe. Il se visite et c’est un point de vue très magnifique sur la place et la rivière. La visite dure une petite demi-heure et en prime vous pourrez faire sonner la petite cloche au sommet de l’édifice 😊.

En remontant la rue Augusta, à 200m sur votre gauche, vous trouverez les ascenseurs Santa Justa. Ils datent du début du XXème siècle. C’est un imposant édifice tout en acier. Essayer d’arriver avant les hordes de touristes, il y a souvent file. C’est une attraction populaire de la ville. Ils sont gérés par la société de transport urbain de la municipalité. Votre Lisboa card vous permettra d’y accéder sans supplément. Arrivé au sommet vous pourrez accéder au toit de l’édifice et admirer un autre point de vue en hauteur sur la cité. On peut voir les différents quartiers et collines qui se découpent sur un ciel azur.

Le couvent des carmes

A deux pas de l’ascenseur, se dresse le couvent des Carmes détruit par le tremblement de terre au XVIIIème siècle. C’est une visite plus calme dans un quartier préservé. Le couvent n’a jamais été reconstruit et les ruines dégagent une atmosphère romantique. Ce cadre sert d’écrin à des expositions temporaires. Promenez-vous dans les travées aux voutes effondrées, admirez la statuaire et savourez le calme des lieux. Attenant au couvent vous pouvez visiter le musée archéologique. Au milieu des anciens livres on peut contempler 2 momies indiennes que l’on dirait tout droit sorties de l’album de Tintin et des 7 boules de cristal. A la sortie, vous trouverez de petits restaurants ou des aubettes pour vous restaurer au pied d’un arbre.

Le Jardin botanique

Dirigez-vous ensuite vers le jardin botanique. C’est une habitude lors de nos voyages, presque un pèlerinage, nous visitons ces écrins de verdure au centre des villes. La variété des essences d’arbres est ici impressionnante. Le climat est tempéré, ni trop chaud, ni trop froid. Il ne gèle jamais. C’est un parc ancien et les plantes ont eu le temps de s’exprimer. Nous l’avons visité à deux reprises et sa restauration avance bien. Envahi un peu par les herbes folles, il retrouve petit à petit son lustre d’antan. Ici les touristes sont quasiment absents, on y trouve des écoles ou des riverains en quête d’un peu de fraicheur. Les palmiers côtoient des oiseaux de paradis au bord d’un petit étang.

Le panthéon

Bien que plus modeste que son homologue français, il mérite amplement une petite visite. Le bâtiment est imposant et réunit les grands noms du Portugal. Des cénotaphes ainsi que des tombeaux sont disposés dans les différentes chambres. On y trouve des explorateurs, écrivains, hommes et femmes politiques, et même un footballeur.

Ensuite visitez les étages, vous pourrez ainsi faire le tour de la coupole et profiter de la vaste terrasse. Elle donne un autre point de vue sur la ville.

Finissez votre journée en déambulant dans la vieille ville sur le parcours du tram 28 qui passe à proximité.

Jour 4, Détente à Cascais

Pour le dernier jour de validité de notre pass, nous vous conseillons de vous échapper de la ville pour visiter la petite station balnéaire de Cascais. Prenez le train à Cais de Sodré et arrêtez-vous au terminus. La ligne longe la rivière Tage jusqu’à l’océan Atlantique. Certains trains sont plus rapides et font moins d’arrêts.

La ville est un ancien port de pêche devenu le lieu de villégiature des riches lisboètes à la belle époque. Les maisons cossues bordent fièrement le front de mer. Elle est dominée par une imposante forteresse. Elle constituait le système défensif de Lisbonne avec la tour de Belém en verrouillant l’embouchure de la rivière. Aujourd’hui elle est transformée en centre culturel.

Jour 5 Le château Saint Georges, le parc Edouard VII

C’est déjà notre dernière journée sur place, nous reprenons l’avion en fin d’après-midi. Nous laissons nos bagages à la réception de l’hôtel. Nous visitons le château Saint Georges. Ce sont des ruines datant du moyen-âge. Il domine la ville de ses remparts et tourelles. C’est une promenade agréable. Les ruelles pour y accéder sont escarpée et très plaisantes. C’est un lieu victime de son succès, les boutiques et échoppes touristiques sont nombreuses dans l’enceintes avant d’accéder au château proprement dit.

Avant de repartir nous avons encore un peu de temps à tuer. Nous finissons par une promenade dans le parc Edouard VII. Il date de 1902 et célèbre l’amitié entre le Portugal et l’Angleterre. Son architecture correspond bien à l’esprit de ce début de siècle, tout en géométrie.

Et pour finir…

En seulement deux visites, nous voyons Lisbonne se transformer. Certains diront qu’elle perd son âme. C’est sans doute vrai, … un peu. En effet, dans les grandes avenues commerçantes les magasins traditionnels laissent la place à des Zara, Starbucks et autres enseignes internationales. Hélas, ce phénomène est commun à tous les centres ville. Les touristes sont de plus en plus nombreux, ils passent mais ne profitent pas, les croisiéristes prennent à peine une journée dans la capitale lisboète.

Cependant, si vous avez l’audace de quitter les grandes rues et que vous vous perdez dans la ville, le Lisbonne authentique se révèle. Il s’y dégage une douceur de vivre et parfois même un peu de mélancolie. Le Portugal est un petit pays en taille mais avec une grande générosité dans sa gentillesse, dans sa gastronomie ou encore dans son accueil. Espérons qu’il puisse garder son âme et sa douceur de vivre dans un monde de plus en plus globalisé.