Arrière-pays portuan (Juin 2020)

Arrière-pays portuan (Juin 2020)

Avec une semaine de temps libre dans le Nord du Portugal, il eut été dommage de ne pas visiter l’arrière-pays. Avant notre départ, nous avons loué une voiture pour une escapade de deux jours complets dans les alentours de Porto.

Prenez garde, les autoroutes sont payantes, mais rassurez-vous, les tarifs sont abordables. Vous pouvez utiliser le module automatique installé sur la voiture (comme le télépéage en France) et passer automatiquement les péages. Les voies sont clairement indiquées par un grand « V » vert. Si vous préférez, vous pouvez payer manuellement en espèces ou par carte de crédit. Soyez vigilants, certaines portions sont équipées de portiques automatiques. Les frais vous seront alors portés en compte lors de la fin de la location sur votre carte de crédit (dans les quinze jours qui suivent la restitution de la voiture). La conduite est tranquille, les conducteurs ne sont pas des pilotes de course, la courtoisie est plutôt de mise. Le chauffeur portugais est assez courtois.

Une fois que vous quittez les axes principaux, on peut très vite s’engager dans des routes étroites de montagnes assez sinueuses avec de nombreuses épingles à cheveux bordées par de profonds ravins. La route serpente d’une rive à l’autre du Douro grâces à des ponts majestueux. Le dépaysement pour les habitants des plaines et du plat pays que nous sommes est surprenant !

Guimarães

Le Nord du Portugal est la terre des origines du pays. Les témoignages sont nombreux. On y trouve des châteaux, des églises romanes ou de petits monastères. A 55 kilomètres au Nord-Est de porto, vous trouverez la ville de Guimarães. Le centre historique, son château et le palais ducal sont de petites pépites architecturales.

Le château et le palais ducal

Avec son donjon massif, le château est tout droit sorti du temps des chevaliers. Les premières traces remontent au Xème siècle mais sa forme actuelle remonte au XIIème siècle et est lié directement à la naissance de l’état portugais. Il vit naître le premier Roi du Portugal, Dom Afonso Henriques. Le monument est massif, on imagine tout à fait les archers derrières leur meurtrière repoussant des armées castillanes avec le seigneur retranché dans son donjon.

La visite se fait en doublette avec le palais ducal situé à 100 mètres. Il est nettement plus confortable avec ses nombreuses cheminées. Le palais est disposé en carré avec en son centre une large cour. Les pièces de vie s’organisent autours de cette dernière. Comme un joyau qui orne une couronne, la chapelle ducale domine le château de son second étage.

L’édifice est finement ciselé dans la pierre et constitue véritablement une bâtisse harmonieuse témoignant de la finesse des architectes. C’est une visite incontournable si vous avez le temps d’y passer.

La vieille ville

Non loin du château et du palais, la vieille ville nous attend avec ses ruelles étroites, ses remparts et évidemment son église baroque. L’Igreja de São Francisco avec le monastère attenant si situe à la lisière de la ville. C’est un magnifique bâtiment orné sur toute sa face de magnifiques azulejos bleu et blanc.

Le centre-ville est plaisant avec ses petites places et ses ruelles étroites. La voiture y est peu présente. Cette étroitesse procure un abri contre la chaleur de l’arrière-pays. La pierre et la statuaire sont présent tout au long de la visite. Elles nous transportent dans un autre temps.

L’endroit est fortement touristique. En temps normal les places et les restaurants sont noir de monde. Cependant, la crise du Covid-19 a vidé la cité et nous sommes peu nombreux en cette fin du mois de juin. Les terrasses sont vides, les ruelles désertées. Les commerçants attendent les clients. L’ambiance est tranquille voir triste. Cela n’empêche que le déplacement vaut le détour.

La Vallée du Douro

Pour notre deuxième jour voituré, nous découvrons la vallée du Douro et la petite ville de Régua. Afin de profiter du paysage et des différents monuments, il faut quitter l’autoroute et prendre le chemin des écoliers. Soyez prudents, les routes secondaires sont étroites et sinueuses. Cependant, le jeu en vaut la chandelle, les paysages sont somptueux, entre le Douro et les hauteurs, les vignes sont cultivées en terrasses. Les hommes ont façonné le paysage et cela dure depuis plus de 400 ans !

Nous sommes ici sur le lieu de naissance de ce pays. Le temps semble s’être arrêté. Vous pourrez croiser de nombreux édifices religieux de style roman datant pour la plupart du XIVème siècle. La région a d’ailleurs mis en place un circuit des édifices de style roman. Au détour des virages et au bout d’un petit chemin, nous découvrons l’Igreja Matriz de Cárquere. C’est un petit sanctuaire où les fidèles peuvent venir prier. Il aurait été le lieu de la guérison miraculeuse de Afonso Henriques, premier roi du Portugal. On y trouve d’ailleurs une colonne ornée d’un chapiteau représentant les armoiries du pays. L’ambiance y est calme, bordée de ces collines si douces, c’est un lieu de paix propice à la méditation.

Nous reprenons la voiture pour nous diriger vers la ville de Régua en longeant le Douro. C’est une petite bourgade avec deux visages : les quais et la ville haute. En temps normal, les premiers doivent être animés, c’est une étape incontournable des croisières sur le fleuve. Tout est aménagé pour recevoir les touristes qui font cruellement défaut. La seconde est nettement plus à l’écart des touristes et moins visitée. Sur la hauteur une église toute blanche nous attends. Elle détonne par sa finesse au cœur d’un quartier populaire. Nous en profitons aussi pour nous restaurer. Les prix sont très abordables, la cuisine y est simple. Ici le poisson cède la place à la viande. Comme d’habitude les proportions sont gargantuesques : de nombreuses pièces carnées se disputent la place avec le riz, des frites et des légumes. Notre table est trop petite pout accueillir les plats !

Une dernière promenade sur les bords du fleuve et il est temps de rentrer. Nous avons hâte de retrouver la fraîcheur de la côte atlantique car à l’intérieur des terres, la température grimpe très vite en cette fin du moins de juin.