Une journée au Caire et 3000 ans d’histoire dans la vue (épisode 1)

Une journée au Caire et 3000 ans d’histoire dans la vue (épisode 1)

29 décembre 2021 0 Par Gilles

Nous avons passé quinze jours en Égypte, C’est un pays riche de son histoire. Derrière chaque monticule de terre se cache des merveilles archéologiques. Nous vous raconterons notre voyages sur plusieurs épisodes.

La principale attraction du Caire, outre ses superbes musées, est le site des pyramides. Il faut plutôt parler de deux emplacements distincts. Le premier est le plus connu et le plus visité, le plateau de Gizeh, le second est un véritable champ de pyramides avec la nécropole de Sakkarah.

Pour apprécier pleinement vos visites, en accord avec votre guide, prévoyez une journée entière. Le site de Sakkarah est un peu plus éloigné du Caire, comptez, en fonction de la localisation de votre hôtel, une petite heure de route. Vous pourrez également faire un petit détour par Memphis, une des anciennes capitales de l’Égypte. Une fois que vous avez quitté l’hyper-centre et sa circulation infernale, vous longerez un canal détourné du Nil. Il est bordé par de jolies maisons, des champs ou bien encore des palmeraies. La plus grande métropole d’Afrique et ses 25 millions d’habitants est toute proche et pourtant elle semble déjà bien éloignée tant le contraste est marqué. Et puis, sur cent mètres de distance, la végétation s’efface pour laisser la place au désert et aux pierres.

Le site est vaste, il fait plusieurs hectares. C’est une idée reçue, quand on parle de l’Égypte et de ses pyramides, on pense instinctivement aux trois plus célèbres du plateau de Gizeh que sont Khéops, Kefren et Mykérinos. Pourtant leur nombre est supérieur à 100 et la majorité est à Sakkarah. C’est ici que l’on peut voir l’évolution architecturale des bâtisseurs de l’ancienne Égypte. On passe des mastabas, sorte de tumulus en pierre avec la tombe en dessous à une pyramide à degrés. Petit à petit leur technique s’affine et la pyramide classique prend forme, d’abord avec les arêtes cassées et enfin la pyramide rouge, parfaite. Cerise sur le gâteau, vous pouvez pénétrer dans la pyramide à degré et admirer un puits de plusieurs dizaines de mètres de profondeur. Cette dernière a également fait l’objet d’un travail de consolidation et de restauration remarquable car elle s’affaissait sur elle-même. Les archéologues et ingénieurs ont consolidé la structure avec des centaines de tiges métalliques qui viennent rigidifier les parois. C’est un véritable coup de cœur architectural.

Pour finir la matinée nous faisons un détour par l’ancienne capitale Memphis. Il n’en reste quasiment rien. La ville n’a pas bénéficié de la protection du désert et était soumise aux crues du Nil. Ici le musée est à ciel ouvert, sauf une statue monumentale de Ramsès II couchée. Elle est protégée par un bâtiment construit spécialement autour du molosse de pierre. C’est une visite courte mais tout à fait charmante au milieu des palmiers.

L’après-midi, c’est au tour des stars de l’Égypte de se dévoiler. Quel contraste avec la tranquillité matinale. La ville est au pied des pyramides, des hordes d’autocars vomissent leur flot de touristes par centaine. Klaxons, embouteillages, bruits, odeurs de diesel, vendeurs à la sauvette et faux contrôleur de billets, tout y passe, il est très difficile de profiter du site. C’est un peu le Disneyland de l’égyptologie, ces monuments symbolisent le pays mais nombre de touristes ne le respectent pas. Ils ont parfois tendance à oublier que c’est la dernière des sept merveilles du monde antique encore debout. C’est un peu triste de voir qu’il n’y a aucune sensibilisation de la part des guides ou des autorités. Avec les conseils de votre guide, vous trouverez un peu d’intimité pour « parler au pierres ». Cependant, le site vaut la peine d’être visité ; c’est un peu comme la tour Eiffel à Paris ou le Colisée à Rome. En deux mots, c’est un incontournable. A mon sens, on visite Gizeh et on ne fait qu’y passer mais on profite de Sakkarah.