Bruges et les mystères de ses artistes

Bruges et les mystères de ses artistes

20 novembre 2020 0 Par Gilles

Un ciel bas, une large plaine, pas de doute nous sommes en Flandres et plus précisément à Bruges. Passé les murs de la ville les canaux s’entremêlent dominés par le beffroi et la tour de la cathédrale.

Nous avons de la chance, le temps est avec nous, il fait doux en ce début d’automne. Nous en profitons pour nous promener dans les petites rues pavées, le long des canaux et passons par son incontournable béguinage.

Pour ce séjour express nous décidons d’explorer un courant artistique qui a marqué l’Europe entière, la peinture flamande avec ses primitifs. Nous visitons le musée Groeninge qui les place en perspective du moyen-âge à l’époque contemporaine.

Tout d’abord il est frappant que l’art est resté vivace et que le courant initié par les maîtres flamands persiste toujours aujourd’hui. Ensuite, on ne peut que rester admiratif des drapés, de la technique du clair-obscur et du réalisme des œuvres. Certaines d’entre-elles ressemblent à de véritables photographies. Enfin, comme juriste on en peut qu’admirer un diptyque qui a longtemps décoré la salle du conseil de l’hôtel de ville. Elle représente un dignitaire convaincu de corruption. On voit son arrestation et ensuite son exécution. Il se fait écorcher vif. Depuis son emplacement elle veillait à la sérénité des débats et devait rappeler à nos élus de ne jamais fauter et de toujours agir pour le bien de la Commune. Le sens de cette peinture reste malheureusement toujours d’actualité.

Bruges est une des seules villes où l’on peut revenir et toujours trouver quelque chose de nouveau. En été ou en hiver, du printemps à l’automne, la lumière joue avec les pierres et les canaux pour un spectacle perpétuellement renouvelé.